On n'en a qu'une.

 

Je commencerai cette section par un message simple :

 

"On n'en a qu'une"

 

 

Mais qu'est-ce qu'il raconte, Albarane ? Une quoi ?

Une planète, tout simplement.

 

La question que je me pose, c'est jusqu'à quand allons-nous continuer à lui manquer de respect ?

Jusqu'à quand allons-nous continuer à la salir, à la pourrir, à la mépriser ainsi ?

À lui vomir nos saloperies, à lui couper les cheveux de façon anarchique ?

Devra-t-on la retrouver un de ces jours laissée pour morte, pour qu'on arrête enfin de s'acharner sur elle ?

Quand bien même nous serions encore là pour ce faire...

N'est-elle pas notre mère à tous ?

Mieux, n'est-elle pas nous ?

 

Dans ce dernier cas alors, les questions ci-dessus trouvent leurs réponses.

Car il en est au dehors comme il en est au dedans.

Tu respectes les autres comme tu te respectes toi-même.

Tu respectes ton environnement comme tu te respectes toi-même.

 

A partir de là, il est amusant – enfin, si l'on peut dire – d'observer l'attitude d'autrui.

Car le respect de la terre commence par le respect de soi.

Tu veux changer ton univers ? Commence par te changer toi-même !

Et ça commence par des gestes simples.

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Fred Albarane, écrivain et artiste

31000 TOULOUSE

 

contact@fredalbarane.com