Évorine au purgatoire

Été 2013.

 

Évorine, peu après sa mort, m'est apparue deux fois en rêve. En seulement trois petits jours...

C'était vraiment étrange ; l'impression tenace qu'il ne s'était en fait aucunement agi d'un rêve.

Qu'elle m'était véritablement apparue...

 

 

 

La première fois, j'étais allongé sur mon lit, perdu dans mes pensées comme bien trop souvent.

Au bout d'un moment, je sentis comme une présence.

Je tournai alors la tête vers la droite, là où je sentais quelque chose.

Au dessus de ma table de nuit flottait Évorine, assise en tailleur comme au yoga.

D'abord le regard perdu loin devant, à l'horizon, Évorine tourna bientôt la tête à gauche, en ma direction.

Sans être pour autant transi de peur, je fus surpris par le teint fort hâlé de son visage, pour ne pas dire brûlé.

Son regard était vitreux, presque effrayant.

Pourtant, aucune peur ne m'habitait ; j'étais tellement heureux de la voir...

 

Je remarquai bientôt un très fin fil rouge qui semblait la relier à l'au-delà.

- Évor ! Putain, je suis content de te voir !

- Je suis contente de te voir aussi, mon fréro.

Je ne pus résister à l'envie de lui demander ce qui me chatouillait l'esprit depuis des lustres.

- Alors Évor, c'est comment là-haut ?

- Eh ben c'est pas terrible ! J'aurais su, je serais restée !

- Hein, tu dis ça pour pas que je vienne te rejoindre, c'est ça ?

- Pfft...

Évorine se saisit du fil rouge à deux mains, et remonta dans l'au-delà comme le gymnaste grimpe à la corde...

 

 

 

La seconde fois, j'étais dans un sauna, lequel était sensé être exclusivement masculin...

Pourtant, déambulèrent bientôt des familles. Des papas, des mamans, et des enfants !

Il y avait des aires de jeux, des bars, des restaurants.

Les enfants jouaient, riaient et criaient, se couraient après dans tout l'établissement.

L'endroit était d'un coup devenu vivant, lumineux et convivial.

Bien différent de ce que pouvait être ce genre d'endroit dans la réalité, soit dit en passant !

J'entrai dans l'un des bars. Il y avait de grandes tables rectangulaires, un peu comme dans les cantines.

J'aperçus bien vite Évorine, seule, le même visage brûlé, qu'elle avait plongé dans ses mains.

Elle était triste. Très triste. Et surtout, tellement seule...

- Évor ! Putain, je suis content de te voir ! Alors, tu es vivante ?

- Non mon fréro. Si tu savais comme je regrette. Je suis en souffrance ici, c'est horrible. Je suis toute seule, il n'y a personne...

Évorine ne semblait pas voir, ne semblait plus voir, toute la vie, toute la liesse alentour.

Elle, en tout cas, leur était totalement transparente...

____________________________

 

 

Je crois que je n'ai plus jamais rêvé d'elle depuis.

Tout au plus, les quelques vagues souvenirs de son apparition nocturne me restent insignifiants,

pour ne pas dire oubliés.

 

Ai-je fait comme un deuil

en rencontrant Évorine entre deux mondes ?

Peut-être bien.

 

Il n'empêche ; c'est avec les larmes aux yeux

que j'écris ces lignes aujourd'hui.

 

Évorine était et restera à jamais

l'être que j'ai au monde le plus aimé.

 

Radicalement différents l'un l'autre, nous n'en avons pas moins vécu les mêmes traumatismes, les mêmes souffrances intolérables – témoins elle et moi de la bêtise parentale quotidienne, celle-là même qui se grave à jamais dans l'esprit des jeunes enfants innocents, et les force à se bétonner une indestructible carapace

s'ils veulent survivre...

 

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    Margarite Mcnees (mardi, 07 février 2017 12:51)


    Hello there! This post couldn't be written any better! Looking at this article reminds me of my previous roommate! He constantly kept talking about this. I most certainly will send this post to him. Fairly certain he will have a good read. Many thanks for sharing!

  • #2

    Carry Tubb (jeudi, 09 février 2017 00:21)


    I've been exploring for a bit for any high-quality articles or weblog posts on this sort of space . Exploring in Yahoo I eventually stumbled upon this website. Reading this information So i am happy to convey that I have an incredibly excellent uncanny feeling I found out exactly what I needed. I such a lot indubitably will make sure to don?t put out of your mind this site and provides it a glance regularly.


Fred Albarane, écrivain et artiste

31000 TOULOUSE

 

contact@fredalbarane.com