Sous les gaz, le turquoise

 Quelle planète étrange.

  

Nous traversons d'abord, sur plusieurs centaines de kilomètres, une couche atmosphérique saturée d'ammoniac et de soufre.

L'ordinateur analyse bien d'autres gaz, dont les noms seuls suffiraient à vous faire fuir de cette page.

Ce serait tout de même dommage !

 

Quelle n'est pas notre stupéfaction et notre émerveillement en découvrant cet océan

d'un bleu incroyable.

Un bleu d'une intensité encore jamais vue auparavant...

  

Malgré la couche monstrueuse de gaz nauséabonds,

l'étoile se distingue encore à la perfection.

L'ordinateur l'analyse comme une géante bleue,

bien que sa couleur nous apparaisse d'un blanc relativement pur.

 

Ce n'est qu'après plusieurs milliers de kilomètres effectués en rase-motte que l'ordinateur détecte enfin de la terre ferme.

Nous entrons cependant vite en désillusion ;

Ce ne sont ici que pierres et rochers stériles.

Aucune forme de vie ici non plus.

A part peut-être au fond de l'océan ?

 

Fichtre !

Comment n'avons-nous pensé un seul instant à l'éventualité d'une exploration sous-marine ?

Le vaisseau était pourtant bien assez grand ;

Nous aurions largement pu embarquer un submersible.

 

Qu'à cela ne tienne, nous reviendrons !

 


Écrire commentaire

Commentaires: 0

Fred Albarane, écrivain et artiste

31000 TOULOUSE

 

contact@fredalbarane.com