L'autre planète bleue

 

 

S'il n'y faisait nuit en permanence,

cette planète serait tout à fait comparable à la Terre.

En bien plus grande cependant ;

sa taille avoisine celle de Neptune.

 

Malgré les apparences, l'astre jaune n'est pas un soleil, mais une géante gazeuse, telles nos bonnes vieilles Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune.

Je l'ai baptisé "Doris". Peut-être cela inspirera-t-il nos célèbres réalisateurs de science-fiction ?

 

Cette jolie planète toute de bleu vêtue

méritait bien trois peintures.

Planète hypnotique,

où les embruns se confondent aux étoiles.

 

Fait curieux, Doris et la petite rouge semblent se tourner autour dans un mouvement perpétuel

Je crois que je suis amoureux d'elles... 

 

L'envie de me baigner nu dans ses étangs mystère

m'a caressé plus d'une fois durant le séjour.

L'ordinateur de bord s'en est bien sûr aperçu,

et n'a pas manqué de me refroidir

face à cette idée saugrenue,

avant que les étangs de s'en chargent

de façon sans doute définitive.

Mon corps aurait en effet gelé et cassé instantanément sur place,

laissant à l'équipage de soin de ramasser

les morceaux en souvenir...

 

Déjà, il faut repartir.

C'est avec beaucoup de regrets, cette fois-ci.

 


Écrire commentaire

Commentaires: 0

Fred Albarane, écrivain et artiste

31000 TOULOUSE

 

contact@fredalbarane.com